Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience d’Essity.com. En savoir plus sur les cookies que nous utilisons et comment modifier vos paramètres :

Essity B 286.9 (+2.8 SEK) on 18-Sep-2019 17:29

Select region


Global Site


Katara (Kat) Davis croit qu’il faut prendre son destin en main et recherche les défis. Kat a commencé avec Essity en 2010 et participé à de gros projets et des changements importants depuis cette date. En tant que Regional Technical Innovation Manager, Kat gère les équipes et les projets au sein de réseaux mondiaux. En tout temps, elle agit comme animatrice, coordinateur et même négociateur en situation de crise. Ce mois-ci, nous avons pris un moment avec Kat pour l’écouter nous parler de son parcours professionnel avec Essity jusqu’à présent.

Bonjour Kat, pourrais-tu nous expliquer à quoi ressemble une journée type dans la vie d’un Regional Technical Innovation Manager ?

Chaque jour est vraiment passionnant. C’est un mélange de travail sur la marque et les aspects marketing de ce qu’on essaie de réaliser sur le marché, puis l’application de ce travail à ce qu’on peut faire avec le produit. Le matin, je suis souvent au téléphone avec différents collègues et équipes de Göteborg. L’après-midi, je suis au téléphone avec les équipes de fabrication de l’usine. Et entre les deux, je suis en réunion avec les équipes ventes et marketing locales.

Je gère aussi des projets, ce qui m’amène à travailler avec des collègues issus de toutes les différentes fonctions de l’organisation, un aspect de mon travail que j’apprécie particulièrement. Je les aide à rester motivés et investis.  Parfois c’est un peu comme être un négociateur en situation de crise, quand quelque chose ne va pas, je dois aider chacun à rester concentrés sur ce qu’ils font. Nous savons tous que les projets ne se passent jamais comme prévu : les machines cassent, il peut y avoir des problèmes de livraison et bien d’autres choses. On ne s’ennuie jamais.

Quelle image as-tu de toi-même, en tant que dirigeante ?

Le leadership implique d’avoir une vision, de prendre des décisions difficiles, d’être juste et avant tout, d’inspirer et de motiver ceux avec qui vous travaillez pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes chaque jour. Le fait d’être chef de projet et de travailler avec différentes équipes me permet de voir l’organisation comme un tout, et aux points d’intersection. Je pense qu’être adepte du changement est vital, c’est-à-dire non seulement trouver les zones d’amélioration, mais aussi être impliqué dans le processus de changement. 

À mon avis, un bon dirigeant sait comment rendre le travail agréable. Si les gens aiment leur travail, ils sont motivés et prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes, jour après jour.  

Dans les projets que tu gères, qu’est-ce que tu apprécies le plus chez les personnes avec qui tu travailles ?

Les gens avec qui je travaille sont flexibles. L’entreprise américaine a été confrontée à de rudes défis, mais ils continuent malgré cela à proposer de nouvelles idées et à repousser les limites. J’admire vraiment leur vigueur et leur détermination dans tout ce qu’ils font.

Y a-t-il un projet ou une initiative dont tu as fait partie qui t’a particulièrement marqué(e) ?

Le lancement de la marque TENA au Brésil, sans aucun doute. On pénétrait un nouveau marché avec ses multiples défis et opportunités. En tant que personne plutôt technique, j’ai pu sortir de ma zone de confort et me concentrer plus sur le marché et l’expérience utilisateur. C’était extrêmement passionnant et gratifiant.

Cela fait plusieurs années que tu travailles chez Essity maintenant, qu’est-ce qui te plaît le plus ici ?

L’organisation matricielle vous donne la possibilité de relever des défis et saisir les opportunités dans votre travail. Ma carrière en est vraiment un bon exemple. J’ai pu travailler dans différentes régions et différents domaines, de R&D à Innovation, en passant par Marketing, cela a été pour moi professionnellement et personnellement très enrichissant.

Qu’est-ce qui t’aide à rester inspirée au quotidien ?

Je pense qu’il est essentiel de rester positif ; chaque chose dans la vie offre une opportunité d’apprentissage. Vous pouvez choisir de considérer quelque chose comme positif ou négatif… la manière dont vous envisagez les choses a un impact considérable.

Alors, que fais-tu quand tu ne travailles pas ?  

J’enseigne les arts martiaux ! Je suis ceinture noire de judo et jiu-jitsu brésilien. Je suis aussi très impliquée dans la recherche sur le cancer. Je pilote plusieurs événements caritatifs afin de lever des fonds pour la recherche sur le cancer à Philadelphie. 

Eh bien, tu en fais des choses ! Que penses-tu de l’équilibre travail-vie privée chez Essity ?

Travail et vie privée, les deux fusionnent un peu quand vous êtes très investi dans ce que vous faites. Les collaborateurs d’Essity sont vraiment passionnés et investis. La société est très soucieuse d’aider les personnes à trouver le bon équilibre entre travail et détente. Un bon équilibre assure que chacun arrive au travail avec le plein d’énergie et d’idées. 

Tu as eu un parcours professionnel intéressant chez Essity jusqu’à présent, quel conseil te serais-tu donné il y a un an si tu l’avais pu ? 

Sois courageuse ! Saisis chaque opportunité même si tu ne penses pas avoir toutes les compétences pour y arriver. La vie est trop courte pour attendre de maîtriser quelque chose parfaitement avant de se lancer. 

Quel conseil donnerais-tu aux personnes qui envisagent de travailler chez Essity ?  

C’est une grande entreprise qui ressemble à une grande famille. Les gens sont ouverts et prêts à t’aider pour y arriver. On a aussi la chance de travailler sur des marques qui touchent à la vie des gens dans ce qu’elle a de plus fondamental, ce qui est très appréciable.  

Pour finir sur une note plus légère, quel est l’endroit le plus inhabituel où tu as vu un produit Essity et qu’est-ce que c’était ? 

Dans les toilettes d’un restaurant face au Colisée à Rome. Il y avait du papier toilette Tork. J’étais vraiment surprise d’en voir là, comme si même la Rome antique savait que Tork était le meilleur :)

Merci d’avoir parlé avec nous Kat, as-tu quelque chose à ajouter ?

Comme vous le savez, pour moi ça a été une véritable épopée avec Essity. Quand je pense au moment où j’ai rejoint SCA/Essity il y a 8 ans, beaucoup de choses ont changé depuis.  J’ai le sentiment que la société est désormais plus ancrée dans les informations liées aux consommateurs et la nécessité de nous rapprocher des marchés que nous servons. Nous nous posons constamment la question : « quels sont leurs besoins ? » qui est moteur d’innovation – et nous pousse à évoluer en tant qu’organisation. Et bien sûr, il y a eu la scission de SCA : Hygiène et produits forestiers à SCA et Essity en 2017. Je pense que cette scission était une bonne chose, mais le changement présente aussi des défis, et en travaillant ensemble, on peut surmonter ces défis facilement. 

Quelques faits 

Basée à : Philadelphie

Formation (commerciale) : TENA

Talents cachés :  je suis une ninja

Modèle : Oprah

Devise personnelle/citation : la vie commence quand vous sortez de votre zone de confort

Film préféré : Le Parrain – parce que ça touche à la famille

Musiques préférées : Techno – ça me donne de l’énergie pour commencer la journée. J’en écoute quand je fais du sport 

Si tu pouvais choisir un produit Essity sur une île déserte, lequel choisirais-tu ? Et pourquoi ? Un Distributeur Tork, je pourrais l’utiliser pour recueillir l’eau de pluie. L’eau est essentielle pour la survie.