Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience d’Essity.com. En savoir plus sur les cookies que nous utilisons et comment modifier vos paramètres :

Essity B 264.8 (-2.2 SEK) on 20-Apr-2019 12:59

Select region


Global Site


FRANCE UNIVERSUM - använd.jpg

Thibault Chauvel est un Chef de secteur chez Essity, un groupe international leader de la Santé et l’hygiène. Il a débuté sa carrière au sein d'Essity en tant qu’apprenti, ce qui lui a permis d'acquérir rapidement une solide vision de l'entreprise. 

Essity offre des possibilités de développement etd’évolution. Thibault a rapidement évolué au sein de l’organisation.

Quel est votre parcours universitaire ? 

Après un Bac ES, j’ai suivi pendant deux ans une classe préparatoire économique qui a débouché sur une entrée en troisième année de Licence à KEDGE Business School, une école de commerce auparavant connue sous le nom de BEM (Bordeaux École de Management). J’y ai obtenu un Master 2 avec comme spécialités business et marketing dans la grande consommation. 

Avant de choisir Essity pour le développement de votre carrière, vous aviez reçu de nombreuses propositions de la part d’autres entreprises. Pourquoi Essity? 

J’ai intégré Essity à l’occasion de mon stage de fin d’étude (année d’alternance de Master 2). Mon choix s’est basé sur deux critères. Tout d’abord, l’offre qu’Essity proposait aux alternants était de loin la plus complète : j’ai senti que j’aurais accès à de vraies responsabilités. Ensuite, j’ai choisi Essity pour ses marques de grande consommation à forte notoriété sur le marché français comme Lotus, Okay ou encore Nana. 

Vous avez commencé comme stagiaire. Aujourd’hui, vous occupez un poste de Chef de secteur. Comment s’est déroulée votre évolution au sein de l’entreprise? 

Mon année en alternance chez Essity s’est très bien passée. Grâce à la confiance de mon manager, je suis rapidement monté en compétence. Un poste de chef de secteur s’est libéré à la fin de mon stage de fin d’année. J’ai postulé notamment parce que cela allait dans le sens de mon projet professionnel et aussi parce que je connaissais déjà bien l’entreprise. Au final, je dirais que les choses se sont faites naturellement.

Quelles sont vos principales fonctions ? Vous offrent-elles la variété et la polyvalence recherchées par la plupart des étudiants d’écoles de commerce ? 

Une grande partie de mon travail concerne l’organisationnel : préparation des visites et des rendez-vous, agencement du calendrier, entre autres. Le deuxième volet, lui aussi important, est relationnel puisque directement lié aux clients. En tant que commercial spécialisé dans la grande distribution, je suis amené à leur donner régulièrement rendez-vous pour les accompagner et les aider à mettre en valeur nos produits dans leurs rayons. Mon but est de faire ressortir l’intérêt de notre offre afin que l’échange se solde par un « win-win », un gain pour nous mais aussi pour le client. 

Mon manager est présent pour répondre à mes questions et mes attentes. La notion de confiance est importante et me permet d’être autonome dans mon travail. C’est un bon moyen pour évoluer dans le futur.

Quels sont les projets qui vous ont le plus marqué depuis votre arrivée ? 

Sans hésitation, les projets d’envergure européenne. Pendant mes études, j’avais participé au programme Erasmus, passant cinq mois à Francfort. Je cherchais à retrouver cette approche internationale. Chez Essity, lors de mon année d’apprentissage, j’ai travaillé avec l’Italie, la Belgique et l’Allemagne pour établir une base de données commune et réaliser des études de marché. Travailler avec des personnes qui ont des profils et des méthodes de travails différents, tout cela enrichit énormément. 

Quel est votre prochain objectif professionnel au sein d’Essity ?  

À court terme, j’aimerais bien sûr améliorer ma performance et développer mes compétences commerciales à mon poste actuel.

À plus long terme, dans une optique de développement personnel, j’aimerais retrouver un poste qui concilierait négociation commerciale et analyse marketing, celle-ci constituant la base de ma formation initiale. 

Vous avez choisi d’évoluer au sein d’un groupe international. Comment cela se répercute-t-il dans votre carrière ? 

Essity est implanté dans le monde entier (États-Unis, Chine, Allemagne, France et Royaume-Uni pour ne citer que les premiers marchés), ce qui m’oblige à penser global. Chez Essity, je ne suis pas « enfermé » dans une structure francocentrée mais ouvert à ce qui se passe sur les autres marchés. J’y renforce en permanence ma curiosité, mon ouverture d’esprit. 

Travailler pour une marque reconnue constitue-t-il un challenge pour vous ? 

Commerce rime avec challenge, quelle que soit la taille de l’entreprise pour laquelle vous travaillez. Chez Essity, le défi consiste à maintenir au plus haut des marques déjà reconnues et à les développer en continu grâce notamment aux innovations que nous pouvons proposer aux consommateurs. Proposer des produits reconnus pour leur qualité et leur performance permet d’obtenir plus de considération, plus de poids dans la négociation avec les clients, mais en échange, il faut aussi être capable de répondre à des attentes plus fortes de leur part.  

Vous sentez-vous reconnu, valorisé ? 

Tout-à-fait. Mon travail peut être solitaire : je passe beaucoup de temps en rendez-vous et donc je vois moins mes collègues. Néanmoins, Essity a, par exemple, mis au point des outils efficaces pour faire remonter l’information et rendre visible le travail des uns et des autres donc même si nous ne nous voyons pas tous les jours, l’équipe reste connectée et motivée.

J’ai aussi senti pendant mon année en alternance que les managers d’Essity cherchaient à valoriser les plus jeunes, en leur donnant de nombreuses responsabilités. Par exemple, au sein de la force de vente dont je fais partie, plusieurs commerciaux sont nommés « expert » sur une catégorie de produits. Leur rôle consiste à regrouper toutes les informations remontées sur une certaine catégorie et à en faire un bilan synthétique et exploitable pour toute l’équipe. C’est bien là une preuve de confiance. 

Essity cherche à améliorer la vie de tous, tous les jours. Comment cela se traduit-il pour vous ?  

Je suis d’accord. Essity est une entreprise aux origines scandinaves et cela se ressent dans la priorité qui est donnée à l’humain. J’ai déjà reçu trois formations qui remettent à plat nos méthodes et qui nous apprennent à gérer par exemple des situations stressantes. Le but est d’augmenter notre plaisir dans le travail, de nous faire prendre du recul face aux difficultés et de nous améliorer, tout au long de notre parcours. 

Parvenez-vous à équilibrer vie privée et charge de travail ? L’entreprise vous aide-t-elle à ce sujet ? 

Oui, car Essity a développé un système de management qui met l’accent sur l’équilibre de ses employés, basé sur les « 4 C » (Courage, Care, Commitment, Collaborate). Commitment et Courage rappellent notre investissement et les défis que chaque commercial doit relever au quotidien. Care et Collaborate montrent que nous sommes soutenus par nos collègues et par les managers. C’est un juste équilibre entre challenge professionnel et développement personnel. 

Recommanderiez-vous Essity à un étudiant en business ? 

Oui, bien sûr. Essity a beaucoup d’avantages par rapport à d’autres entreprises. Essity est présent sur des secteurs d’activités variés comme les biens de consommation, les solutions médicales, les produits BtoB. Cette diversité enrichit d’autant votre expérience au sein du groupe. Par la variété des profils qui y évoluent, l’entreprise offre une large latitude d’évolution de carrière. Enfin, grâce à ses marques très attractives, un jeune commercial traitera ses premiers dossiers doté d’un fort pouvoir de négociation, ce qui est loin d’être négligeable. 

Entretien réalisé par Isabelle Driel